Questions posées: vu les spécificités de notre commune en matière d’habitat, comment pensez-vous :

  • Concentrer l’habitat dans les centres existants ?
  • Soutenir le commerce de proximité, notamment au centre des villages ?
  • Développer un habitat accessible financièrement à tous ?
  • Encourager des espaces publics de qualité ?

 PluS

HABITAT & ESPACES PUBLICS :

Le développement du territoire vise à améliorer la qualité de vie des habitants, à réduire l’empreinte environnementale des activités humaines, à créer des emplois et des activitéslocales, à favoriser les liens sociaux et à sa réapproprier l’espace public. Les habitants et les forces vives doivent pouvoir plus contribuer à la conception et laréalisation des projets d’aménagement du territoire et d’urbanisme. La liste PluS s’engage à :

  • mettre en œuvre un projet de développement territorial pour la commune en intégrant l’ensemble des politiques publiques et en impliquant toutes les forces vives ;
  • veiller à préserver le caractère rural de notre commune ;
  • réexaminer le projet « Val de Croix » et à la soumettre à une consultation populaire avant de prendre une décision sur son lancement ;
  • réduire l’étalement urbain en diminuant le nombre de surfaces urbanisables, en densifiant le bâti existant dans le respect de la qualité de vie des habitants et des caractéristiques du quartier ;
  • favoriser la mixité des fonctions du territoire pour renforcer l’attractivité des quartiers et améliorer l’accessibilité des citoyens aux services, aux commerces, aux loisirs, aux espaces verts,…
  • aménager l’espace public pour permettre une mobilité plus douce et respectueuse de l’environnement.

COMMERCE :

Le commerce de détail est depuis toujours une des fonctions essentielles de la commune. Si le commerce ne se décrète pas, son dynamisme est grandement influencé par l’action communale sur sa qualité d’accueil. Pour soutenir le commerce local stéphanois, plusieurs actions seront donc mises en place :

  • associer de manière permanente les commerçants à la réflexion sur l’amélioration du dynamisme commercial, en particulier en matière d’animation commerciale, d’aménagement de l’espace public, de mobilité, de gestion des déchets et des nuisances, de convivialité, de fiscalité,… (une réunion par an avec l’échevin en charge du commerce) ;
  • Un chèque commerce local sera instauré dès 2019 et la commune octroiera deux chèques (2 x 25 euros) pour chaque naissance et mariage et quatrechèques (4 x 25 euros) pour les noces d’or, de diamant ou encore de brillant
  • promotion du commerce local via une brochure distribuée annuellement
  • mise en place d’animations (telle que la Braderie Stéphanoise, actions spécifiques en fin d’année)
  • envisager, pour assurer le développement et le maintien du commerce existant, la création d’aides communales à la réouverture de cellules commerciales videset à la modernisation d’un commerce existant.

LOGEMENT :

La commune a un rôle majeur à jouer dans la mise en œuvre d’un véritable droitinconditionnel au logement, en donnant des impulsions en matière de construction delogements neufs, de mixité sociale et fonctionnel de l’habitat,…

La liste PluS s’engage :

  • à mettre en place une régie foncière, chargée de promouvoir une politiqueimmobilière active en vue d’assurer un bon aménagement du territoire communal etla réalisation de projets urbanistiques ;
  • à veiller à améliorer la mixité sociale dans les quartiers ;
  • à créer de nouveaux logements publics, notamment à loyer modéré, en collaboration avec l’IPB (projet de rénovation de l’ancien bâtiment scolaire rue de Suzeril) ;
  • à convier les promoteurs immobiliers à mettre en vente ou en location, à des prix conventionnés, au minimum 10% des logements qu’ils construisent dans les grands projets de construction ou de rénovation, via les charges urbanistiques ;
  • à développer, en collaboration avec les agences immobilières sociales, la prise en gestion de logements privés ou tout mécanisme de conventionnement permettant d’encadrer le loyer et la qualité du logement ;
  • à remettre sur le marché des logements inoccupés à travers une taxation dissuasive incitant les propriétaires de biens laissés à l’abandon à mettre leur bien en vente ouen location ;

Et pour les aînés :

  • encourager et soutenir des formules d’accueil et d’hébergement proches et respectueuses des modes de vie des aînés et de l’individualité de chacun, notamment la transformation du home Libouton ;
  • veiller que les structures d’accueil qui seront créées sur le territoire de la communerestent accessibles aux personnes disposant de revenus modestes.

Liste du Mayeur

Vu les spécificités de notre commune en matière d’habitat, comment pensez-vous :
Concentrer l’habitat dans les centres existants ?

En continuant à favoriser les projets immobiliers de qualité dans les centres et principalement à proximité de lignes de transport en commun et de voies de communication douces. En continuant à limiter au maximum l’urbanisation dans les villages et les hameaux.

Soutenir le commerce de proximité, notamment au centre des villages ?

Tous les projets présentés ont toujours été soutenus par la commune et des conseils ont été donnés pour que le candidat commerçant puisse respecter toutes les législations existantes. Nous sommes en attente de candidats pour des projets qui manquent cruellement à Court-St-Etienne, tels que des artisans boulangers, bouchers, fromagers, les autres besoins étant déjà globalement couverts par de petits ou moyens commerces. La commune ne peut malheureusement pas utiliser les fonds communaux pour aider des acteurs économiques. Nous pouvons par contre établir un annuaire des commerces locaux et le communiquer sur les outils de communication communaux.

Développer un habitat accessible financièrement à tous ?

La commune dispose déjà de quelques logements publics et d’autres acquisitions font l’objet d’un budget pour rénovation. 11 logements publics pour personnes âgées sont disponibles et 7 autres seront terminés au printemps prochain. En outre notre commune a sur son territoire plus d’une centaine de logements publics gérés par l’IPB. La promotion d’habitat type logement Kangourou ou colocation est à envisager.

Encourager des espaces publics de qualité ?

Notre service espace vert créer au fil des ans des petits projets qui améliorent le cadre de vie. Une attention particulière à la gestion différenciée est d’application pour tous les projets. Notre intention est de maintenir les moyens mis à disposition des agents communaux pour leur donner le plaisir et la fierté de leurs réalisations et de leurs opérations d’entretien de l’espace public communal.

ECOLO

Un schéma de structure communal aurait pu répondre à ces différentes préoccupations.

Nous avons regretté que les engagements pris par la majorité actuelle de finaliser le schéma de structure qui était sur le métier depuis de très nombreuses années ne se concrétisent pas et que le développement territorial se soit poursuivi ces dernières années sans réelles lignes directrices. Ainsi, avons-nous par exemple assisté à la décision de mettre en œuvre d’une zone de réserve (le Val de Croix) alors que nous défendions l’idée de commencer par urbaniser le centre de CSE avant d’envisager la mise en œuvre d’une des zones de réserve. En ce qui concerne l’aménagement des espaces publics nous avons prôné par exemple l’aménagement d’une place centrale conviviale sur Court Village, proposant terrasses, lieux de rencontres et d’activités (pétanque, jeux,…) et la mise en place d’une plateforme multimodale sur cette place, à proximité immédiate de la gare : arrêt de bus, parking vélo sécurisé, parking pour voitures partagées,… Nous avons proposé que les voiries de ce nouveau quartier soient de type résidentiel, avec priorité aux piétons et aux cyclistes ; a majorité a préféré faire de l’espace central un vaste parking commercial privé et les voiries sont essentiellement réservées aux transports automobiles…Nous défendons également la mise en place d’un Community Land Trust qui permettrait à la fois d’offrir des logements à un prix inférieur au marché immobilier et de lutter contre la spéculation immobilière. Nous défendons aussi – jusqu’ici sans succès – la mise en place d’une régie immobilière communale qui permettrait de développer un politique communale cohérente en matière de logement public. Précisions ici.

Oxygène

  • Concentration de l’habitat

La concentration de l’habitat dans les centres existants doit rimer avec qualité de vie et obéir à des règles urbanistiques précises : espaces individuels et espaces communs bien agencés, insonorisation de bonne qualité entre les logements, mise en place des services en lien avec l’accroissement de la population (crèches, écoles, services communaux, mobilité, soins, culture, etc.).

Quartier par quartier, faire un état des lieux des possibilités pour avoir des projets immobiliers, se donner un projet en concertation avec les acteurs concernés et informer les citoyens via une plateforme citoyenne.

  • Soutenir le commerce de proximité

Développer l’utilisation du talent.

Encourager la production et la consommation locales en concertation avec les producteurs locaux. Par exemple, mutualisation des services (comptabilité, déplacements, livraisons…), mise en service d’une halle pour les producteurs locaux…

Mettre à disposition des études de marché sur le potentiel commercial de commerces locaux.

  • Développer un habitat accessible

Obligation de 15 % de logements moyens et 10 % de logements sociaux dans chaque nouveau projet urbanistique.

  • Encourager des espaces publics de qualité

Les jeunes retiennent toute notre attention dans cette dimension de la gestion communale : terrain de sport, paniers de basket, espaces pour faire de la musique, etc.

  • Habitat des aînés :

Il faut une politique proactive en matière d’hébergement des aînés. Pas seulement attendre les subsides. Il y a pleins de solutions possibles mais il faut impliquer la population. Habitat intergénérationnel, garder les personnes plus âgées à la maison par toute une série de service, on peut envisager une coopération entre les communes avoisinantes, etc.

Remarque spécifique sur Court Village = le pas de géant de la législature

Oxygène regrette le projet Court Village comme il a été entrepris parce qu’il ne correspond que très partiellement aux attentes de la population.

Les habitants de CSE attendent que le centre de notre commune soit

  • convivial, facile d’accès, avec des parkings en suffisance et gratuits, qu’on puisse y trouver un peu de tout, avec des petites terrasses sympa, des espaces verts où on peut passer un moment agréable entre amis ou en famille avec les enfants, accessible en vélo … Des logements en suffisance et à prix raisonnable. Un endroit où les magasins qui le composent, soient à taille humaine. Où on peut trouver des produits locaux issus de la production locale.
  • Sur le plan purement technique, plusieurs usagers se plaignent notamment avec des angles de braquage compliqué et des ilots dont on ne comprend pas l’utilité.

Eco-quartier

  • C’est du marketing pour vendre de l’immobilier à un bon prix. Une trompe l’œil ? En quoi est-il écologique ? Les bâtiments sont justes aux normes actuelles. Pas d’habitat passif.

Malheureusement ce projet Court Village n’est bon pour quasiment personne

sauf pour les promoteurs. Il n’est pas bon pour les commerçants locaux qui n’ont pas été associés au projet et qui, pour un certain nombre d’entre eux, ont vu débarqué dans leur jardin des grandes enseignes concurrentes.

Il n’est pas bon pour le vivre ensemble. Quelle place est laissée à la convivialité dans l’aménagement de cet espace ? A chacun de juger.

Les Stéphanois demandent que l’on redynamise d’urgence leur cœur de ville et non que l’on fasse de la promotion immobilière déguisée au profit des grands groupes financiers.

Alors pour les phases suivantes du projet

  • nous insistons que la population soit associée au projet (pas seulement consultée) et que ce qu’il en ressort soit effectivement mis en place par les autorités communales. Pour cela, nous exigeons la totale transparence sur les tractations déjà en cours et à venir. Aucun membre de la majorité ne doit être en conflit d’intérêt de près ou de loin avec les acteurs du dossier. L’avancement du projet doit faire l’objet d’une large diffusion auprès de l’ensemble de la population.

Politique des commerces du centre-ville

  • Promenez-vous rue de Wisterzée, c’est juste à pleurer. Les surfaces commerciales vides, vitrines toutes sales, etc.… Après 12 ans aux affaires, l’équipe en place ne peut quand même pas nous dire, laisser moi poursuivre. C’est hallucinant.
  • 8600 m² de surface commerciale en plus. Est-ce qu’on s’est demandé si la population, les commerces locaux pouvaient assumer cet accroissement de surface commerciale.

Proposition :

  • Phase 1 : une réflexion collective sur ce que nous voulons comme centre-ville. Réunir tous les acteurs qui sont concernés par cette problématique : les commerçants, les artisans locaux, les associations, les habitants intéressés pour leur dire voilà : Que voulons-nous comme centre-ville dans 5 à 10 ans ? Plutôt avec des commerces de proximités, plutôt avec de l’habitat, plutôt avec ceci ou cela.
  • Phase 2 : On réunit, toutes les parties prenantes du projet : les commerçants, des bureaux d’aménagement du territoire et des citoyens et l’autorité communale et on met en œuvre en étant transparent. Tous les documents doivent être publics et accessibles à tous.

Projets

Poursuivre ce qui a été réalisé au court village

Construction de la salle de gym

Développer l’accueil des personnes âgées.