Transition en Court est un « mouvement indépendant formé de citoyens de Court Saint Etienne et alentours qui souhaitent agir ensemble pour relever les défis de notre société, tels que préserver l’intégrité de notre environnement et de notre santé, cultiver le plaisir du lien et l’équité, en transformant avec créativité ces défis en opportunités de construire localement une communauté harmonieuse, pérenne, et résiliente, pour nous et les générations qui nous suivront » (= identité, raison d’être de Transition en Court, telle que définie par le Comité de pilotage au printemps 2016).

Transition en Court s’est structuré en différents cercles, tous membres du Comité de pilotage du mouvement : un cercle dit « souche », cinq cercles thématiques (selon les thématiques identifiées par le Comité de pilotage lors de la réunion du 2 juin 2016) et un cercle communication.

Ces différents cercles participent tous à la raison d’être de l’organisation, définie ci-dessus, tout en ayant chacun un champ d’action et un périmètre propres, de plein pouvoir et de pleine responsabilité. A côté des cercles souche, thématiques et communication, une série de « boules rouges » propose des groupes de travail centrés sur des projets spécifiques.
Le schéma ci-dessous représente la structuration actuelle de Transition en Court :

Chaque cercle demeure souverain pour définir les rôles nécessaires à l’atteinte de ses objectifs. Toutefois, les rôles suivants seront généralement utiles :

Au sein d’un cercle, plusieurs rôles peuvent être distingués :

  • Un(e) facilitateur(trice)/organisateur(trice) : convie les membres aux réunions, assure le lien entre les réunions et constitue la personne de contact pour les personnes qui souhaiteraient rejoindre le cercle et pour le cercle-souche ;
  • Un(e) animateur(trice) : au moment de la réunion, veille à la distribution de la parole et au climat d’écoute, tient le fil de l’ordre du jour ;
  • Un(e) scribe : se charge de la prise de notes et de l’envoi du compte-rendu aux membres du cercle ;
  • Un(e) gardien(ne) du temps : pour éviter que les réunions ne s’éternisent ;
  • Une personne-ressource méthodologique, issue du cercle souche, qui accompagne le cercle durant les premières réunions sur le plan méthodologique (voir point 7) ;
  • Les « simples » participant(e)s à la thématique.

Quelques remarques importantes :

  • Plusieurs rôles peuvent être tenus par une même personne (ex. : facilitateur-organisateur/animateur) ;
  • Les attributions ne sont pas figées : les rôles peuvent être redistribués au fil des rencontres et du temps (ceci est d’ailleurs conseillé pour ne pas figer les personnes dans des rôles et permettre à chacun d’expérimenter les différents rôles) ;
  • La personne-ressource méthodo peut se retirer du cercle dès lors que la méthodologie est claire et transmise. Elle peut devenir simple participante du cercle et/ou y prendre un rôle particulier ;
  • L’engagement dans un cercle doit se faire dans une certaine durée ; on parlera dès lors de mandat, fixé à un an (renouvelable). Cela ne veut bien sûr pas dire que la personne doit occuper le même rôle pendant un an, simplement qu’elle s’engage à être membre du cercle pendant cette durée (sauf raison exceptionnelle) ;
  • Les cercles ne sont pas pour autant fermés et peuvent accueillir de nouveaux participants à tout moment ;
  • Des nouveaux cercles thématiques peuvent se créer. La diversité des cercles actuels devrait cependant permettre d’intégrer nombre de propositions.